Incubes et Succubes
Get Adobe Flash player

Identification

Vous n´êtes pas identifié(e).

Inscrivez-vous

à mon infolettre

C'est gratuit!

Qui est en ligne ?

Nous avons 63 invités et aucun membre en ligne

Vampires Psychiques

Vampires Psychiques

  Les Vampires Psychiques sont des gens qui ont la capacité de vider l'énergie en toutes ses...

Se purifier et se décharger

Se purifier et se décharger

Il faut distinguer se purifier et se décharger, même si l'un et l'autre peuvent se...

L’auto-envoutement

L’auto-envoutement

L’auto-envoutement et comment l’éviter L’envoutement est bien connu dans le monde de la haute...

Que signifie l'envoûtement ?

Que signifie l'envoûtement ?

Que signifie l'envoûtement ? Pratique magique qui consiste à représenter une personne par une...

Incubes et Succubes

Incubes et Succubes

    Depuis très longtemps, hommes et femmes ont raconté avoir subi des attaques sexuelles...

  • Vampires Psychiques

    Vampires Psychiques

    mercredi 11 décembre 2013 01:33
  • Se purifier et se décharger

    Se purifier et se décharger

    mercredi 11 décembre 2013 01:43
  • L’auto-envoutement

    L’auto-envoutement

    mercredi 11 décembre 2013 01:44
  • Que signifie l'envoûtement ?

    Que signifie l'envoûtement ?

    mercredi 11 décembre 2013 01:47
  • Incubes et Succubes

    Incubes et Succubes

    dimanche 29 décembre 2013 09:04

Incubes et Succubes

 

 

Depuis très longtemps, hommes et femmes ont raconté avoir subi des attaques sexuelles durant leur sommeil par des entités invisibles.

Il faut savoir que ces esprits se nourrissent de l'énergie qui est dégagée par un désir ou par un acte sexuel. Les incubes et succubes ne chercheront pas forcément l'agression pour obtenir ce qu'ils désirent.

Il arrive que les victimes soient « complices », sans que ces dernières sachent réellement à quoi est dû un plaisir sexuel ressenti, ou qu'elles en aient forcément conscience.

Notre esprit étant dans l'astral lors de notre sommeil, il est possible pour ce type d'esprit, de se faire voir sous les traits d'une personne désirée par la victime (époux, amant, personne faisant partie d'un fantasme, etc.) et de perpétrer ainsi un acte sexuel avec un certain consentement et plaisir partagé qui plus est, de la victime, qui penseront avoir fait un rêve à son réveil.

Le fantasme joue un rôle déterminant dans certains cas, puisque l'incube et le succube pourront procurer un orgasme en demi-sommeil, sans que la personne ne sache ce qui lui arrive, cette dernière pensant s'être simplement masturbée sous le voile d'une envie profonde ou d'un fantasme.

Si la victime devient réfractaire, l'esprit violeur passera à la manière brutale, parfois même traumatisante au niveau physique.

Ces esprits peuvent prendre l'apparence d'être cher ou de notre conjoint. Les incubes et succubes peuvent intervenir par le rêve (fantasmes et souvenirs), et les actes sexuels seront généralement ressentis au niveau physique. Cela varie du plaisir léger au viol agressif et violent.

Généralement la libido pourra être augmentée, afin que la victime puisse devenir une source d'alimentation. Mais cela ne sera pas provoqué directement par ces esprits. Seuls les envies et le plaisir pris sur le plan inconscient durant les premiers « actes » permettront cette accentuation de « désir ».

Cependant, la libido pourra être restreinte dans le cas d'un « viol ressenti ». Ce qui est logique en soi. En effet, si la victime ressent le viol par l'esprit agresseur, l'envie de faire l'amour sera mise en veille par le choc psychologique, voire parfois physique, qui fut ressenti.

Ces esprits sont liés au monde de la magie, et en sont même issus.

C'est pour cela que beaucoup de personnes pensent que seule une invocation peut les attirer. Néanmoins, il peut arriver qu'une personne puisse être tourmentée par un tel : La source pourra être la magie, ou parfois liée à une vie antérieure, ou n'avoir aucune source connue...

Dans la mythologie grecque, le fruit d’une telle union étrange était un demi-dieu. Avec l’arrivée du christianisme, ces choses ont pris un aspect plus sombre. Les incubes et les succubes ont été considérés comme démoniaques. 

Le terme succube vient du mot latin succuba qui signifie « concubine ». Il ne désigne le démon femelle qu'à partir du xvie siècle, par rapprochement avec le terme « incube ».
Une autre étymologie le fait dériver du latin classique sub, « sous », et cubare, « coucher » : « qui couche sous » ou « être couché sous ». C'est un mot masculin, parfois employé au féminin.

L’incube est regardé comme le démon qui débauche les femmes, le succube débauche les hommes. Ce sont des créatures de la nuit.

L'incube et le succube sont capables de revêtir les formes les plus variées pour parvenir à ses fins. 

Les érudits de l’église ont beaucoup débattu de la nature des incubes et des succubes et du péché commis à leur contact. Certains ont déclaré qu’il s’agissait du même démon, asexué à la base, car inhumain, qui pouvait devenir incube pour coucher avec une femme et devenir succube pour coucher avec un homme. Ils pensaient aussi que le diable pouvait ainsi recevoir, sous forme de succube, la semence d’un homme souvent pendant son sommeil, et ensuite, sous forme d’incube, la transmettre à une femme et ainsi lui faire concevoir un enfant. 

Le Succube

Le succube est de nature ambivalente, puisqu'il est à la fois redouté et désiré. « Ce qui fait l'horreur, c'est le désir, et le désir devient monstre » ; pour cette raison, on le retrouve à la fois à la source de songes et de cauchemars, notamment pendant le Moyen Âge.

Le succube est un démon qui prend l’apparence d’une femme afin d’avoir une plus grande facilité pour approcher les hommes. On pourrait le qualifier de monstre femelle à queue de serpent qui dévore les enfants et les lémures (âmes des morts). Selon le rabbin Eliar, Adam aurait reçu la visite de plusieurs diablesses qui engendrèrent des démons, des fantômes, des esprits ainsi que des lamies (démons des Anciens). De plus, on dit que Lilith est la reine des succubes et qu’ils descendent tous de son union avec Sammaël. 

Avant de passer à l’acte, le succube choisit bien sa proie. Grâce à ses pouvoirs, il se change en la femme que l’homme ciblé aurait aimé avoir dans son lit - tant au point de vue physique que moral. Le succube peut également prendre l’apparence d’une personne que l’homme connaît. Une femme sur laquelle il fantasme par exemple. Il est donc assez facile de séduire un homme pour un succube, bien que l’accouplement ne soit pas garanti. Il se peut que le succube échoue dans sa mission.

Il manque à ce démon la partie masculine. C’est pourquoi le succube a besoin de la semence masculine, soit le sperme, s’il veut procréer. Le succube est comme un démon de sexe féminin. Et une fois qu’il obtient le sperme, il part et peut alors donner naissance à un autre démon. 

Cependant, le sperme n’est pas la seule quête du succube. Il lui faut aussi récolter le souffle de vie, la fontaine des chakras ; autrement dit, l’orgasme. C’est grâce à cette énergie sexuelle qu’il lui est possible de maintenir en vie en les nourrissons.

L’incube

Le mot « incube » (rarement « incubat ») apparaît vers 1372 pour désigner spécifiquement un démon mâle. Il dérive du latin classique incubo, formé sur inc- (« sur ») et -cubare (« coucher »), et signifie donc « couché sur ».

Le mot « cauchemar » (du latin calca, foulure, et mala, mauvais) proviendrait du nom donné à un incube et désignerait donc une « oppression ou étouffement qui survient quelquefois durant le sommeil »   en ancien français, le cauchemar est appelé « appesart »

Dans la Rome antique, l'« incubus » désigne à la fois un démon masculin qui possède les femmes mais aussi le cauchemar. Les Grecs utilisent le terme d'« éphialtès » signifiant également le « cauchemar », mais ce vocable a disparu dans les langues modernes. Le médecin grec Galien en fait un synonyme de la paralysie du sommeil. L'oneirodyna (« douleur pendant le songe » en grec) correspond en effet à un sentiment de suffocation, cause d'anxiété.

Il existe en effet une référence, en ancien français, sous la forme « enquibedes », telle qu'elle apparaît dans l'ouvrage Merlin-Huth (ou Suite de Merlin) attribué à Robert de Boron. L'auteur fait ainsi de l'enchanteur Merlin le fils d’un démon incube : « Je voil que tu saiches et croies que je sui filz d’un ennemi qui engingna ma mere, et cele meniere d’enemi qui me conçut a non enquibedes et sont et repairent en l’air » nommé par extension « Enquibedes », parfois « Ygerne ».

Ce dernier serait un démon de l'air, entré par effraction alors que la porte de la chambre de la mère de Merlin était fermée à clef.

On retrouve également la trace de l'incube dans l'ancien arabe littéraire (période de naissance de l'islam), à travers le terme « al-jâthôm » qui sert pour désigner la paralysie du sommeil, le cauchemar, mais aussi « un esprit mâle qui prend les femmes pendant leur sommeil ». Le terme vient d'un verbe signifiant « prendre dans ses bras » avec une forte connotation de maternalisme; un des termes dérivant de ce verbe est le mot arabe pour « crèche » selon le médecin John Allen, les praticiens arabes font de l'incube les signes avant-coureurs d'une épilepsie nocturne.

Le mot incubus n'est cependant pas employé en latin, qui désigne ce phénomène sous le nom de Lamia, en référence à la créature nommée « Lamie ».

Dans la mythologie grecque, Lamia  est la fille du roi Bélos (ou bien de Poséidon et de Libye selon les traditions).

Il s’agit d’un démon beaucoup moins sympathique que le succube. Ce dernier ne prend pas la peine de changer de forme pour séduire les femmes ciblées. Il reste généralement sous la forme d’un démon - une créature affreusement hideuse - et viole ses victimes sans se soucier de leur consentement. C’est d’ailleurs pourquoi il a été associé au cours de l’histoire aux esprits provoquant les cauchemars.

Malgré tout, il n’est pas impossible que l’incube prenne l’apparence d’un homme, le mari de la victime par exemple.

Le but de l’incube est le même que celui du succube : se reproduire. Cependant, contrairement au succube, l’incube a besoin de l’énergie sexuelle de la femme pour combler la partie qui lui manque. Et une fois cette énergie obtenue, il peut donner naissance à un démon, d’où probablement la naissance du mot « incubation ».

Les djinns mâles tombent amoureux des femmes et les djinns femmes (djinniya) tombent amoureux des hommes. Les cas d'homosexualité sont rares chez les djinns. Ainsi, il arrive que cet amant passe inaperçu. Le plus souvent la personne aura des rêves érotiques. Ces rêves sont souvent très agréables pour l’homme. Chez la femme les rapports sont en général très intenses. Et ici, le démon peut prendre le visage du mari pour la tromper. Si la personne est mariée, le djinn peut parfois accepter le conjoint. Mais dans d’autres cas, il peut créer chez la femme, énervement et anxiété. Ce qui fait que le mari doit s’y prendre avec douceur sinon ce sera la dispute.

La civilisation mésopotamienne le connaît sous le nom de « lilu », mais c'est dans la Grèce antique que l'« éphialtès » est perçu pour être un démon qui s'attaque au dormeur.

Les médecins grecs en font un être indissociable du phénomène cauchemardesque. Au Moyen Âge, l'incube est assimilé au diable, qui passe pour s'unir sexuellement aux sorcières transportées au cours du sabbat.

Alors que le Malleus Maleficarum en fait une figure diabolique de l'impureté, des théologiens et démonologues chrétiens, comme saint Augustin, Jean Bodin ou Martín Antonio Delrío, débattent de sa réalité et de son pouvoir sur l'âme. Le terme est ainsi particulièrement en usage dans les écrits ecclésiastiques du Moyen Âge pour signifier l'hérésie du commerce sexuel avec le diable.

Dès le XVe siècle, des praticiens comme Jean Wier et Scipion Dupleix participent à faire passer le phénomène du domaine religieux au domaine médical, puis à la psychiatrie naissante. Louis Dubosquet, en 1815, considère l'incube comme une production fantasmatique produite par l'état d'angoisse constitutif du cauchemar.

La psychanalyse et la psychiatrie moderne classent les apparitions d'incubes comme des délires psychotiques et hallucinatoires similaires à ceux prenants part dans la zoopsie. La psychiatrie moderne fait de l'incube une représentation imaginale de troubles nocturnes liés à une déviance libidinale.

L'incube est le seul démon qui doit son statut non à sa nature, annoncée par une mythologie particulière, mais à sa fonction, à savoir celle de peser sur le sommeil des femmes ou de certains hommes. Cette action oppressante est décrite depuis l'Antiquité, mais est davantage répandue au Moyen Âge :

« À partir de quels symptômes peut-on repérer celui qui est tourmenté par un incube? À partir du mouvement difficile du corps ainsi que de la torpeur, d’un sommeil aussi anormalement lourd, d’une sensation d’accablement qui l’oppresse, de sorte qu’il se sent suffoquer quand il dort ou qu’il pense que quelqu’un l’a assailli qui, en oppressant son corps, s’efforce de le faire s’évanouir par étouffement. »

D'une connotation sexuelle très forte, les récits d'attaques d'incubes, véhiculés par la littérature, sont teintés d'une ambivalence à l'égard des sentiments de la victime. Tantôt plaisants, ils peuvent se transformer en cauchemar.

Les descriptions ethnographiques montrent que l'incube demeure une réalité dans certaines cultures. Il est souvent considéré comme un esprit médiateur entre le chaman et le monde invisible.

La première allusion à un incube provient de Mésopotamie. L'incube et le succube sont appelés respectivement en akkadien lillalet kiel-lillal, mais aussi lilū (« mâle nocturne ») et lilītu (« femelle nocturne »), en assyrien sémitique. Ces termes renverraient à des figures mythologiques. La liste royale sumérienne datant de 2400 avant J. C. évoque en effet le père du héros Gilgamesh, Lilū, comme étant un séducteur des femmes pendant leur sommeil.

Un démon femme qui s'en prend aux mâles endormis, Lilītu, existe aussi.

Les deux créatures s'attaquent aux jeunes mariés, mais peuvent aussi inspirer des visions nocturnes. Deux autres démons, formant un couple, apparaissent dans le panthéon mésopotamien : Ardat Lili (« ravisseur femelle de la lumière »), qui rend visite aux hommes mariés durant la nuit et s'en fait enfanter, et Irdu Lili (« ravisseur mâle de la lumière »), qui, lui, va vers les femmes mariées.

D'abord démons de la tempête, semble-t-il, ils sont devenus peu à peu apparentés à la nuit, mais aussi au vent, à l'esprit (au sens de mouvement invisible) et, par extension, à l'épilepsie.

 Le Pahad Laylâ (« terreur de la nuit ») hébreu, cité dans l'Ancien Testament (Psaumes, 91, 5), possède des traits similaires aux démons incubes et succubes mésopotamiens.

Le cauchemar est assimilé à une figure démoniaque dès l'Antiquité. La figure de l'incube apparaît dans la Grèce antique, sous le terme d'« éphialtès ». Thémison de Laodicée parle ainsi d'un démon « étouffeur », conception reprise par de nombreux autres médecins antiques, mais aussi par les dramaturges comme Aristophane.

Le phénomène survient pendant le sommeil et accable physiquement le dormeur dont le langage est réduit à quelques sons inarticulés.

L'incube est étroitement lié, chez les Grecs, à la notion de « sommeil du Temple » ou incubatio qui consistait en l'union d'un Dieu et d'un(e) mortel(le), notamment dans le cadre du traitement de la stérilité.

Toutefois, dans la mythologie grecque, l'incube, souvent un dieu, passe aussi pour avoir engendré des hommes célèbres. Alexandre le Grand aurait été le fils de l'union entre Olympias et Zeus : « Olympias eut l’impression, durant la nuit où ils s’unirent dans la chambre que la foudre avec le tonnerre lui tombait sur l’estomac » explique Wilhelm Heinrich Roscher, citant Plutarque dans sa Vie d’Alexandre.

Les dieux se liaient souvent aux mortelles de force, ainsi que l'explique Voltaire :

« Remarquons seulement que les dieux se déguisaient fort souvent pour venir à bout de nos filles, tantôt en aigle, tantôt en pigeon ou en cygne, ou pluie d’or, mais les déesses ne se déguisaient jamais; elles n’avaient qu’à se montrer pour plaire. »  Voltaire, Dictionnaire philosophique

D'autre part, le Sphinx que combat Œdipe appartiendrait à la classe des incubes et succubes. La représentation iconographique du sphinx présente des attributs similaires à celle de l'incube, comme la capacité à peser sur le corps, à effectuer des strangulations ou à ravir ses victimes.

La passivité de ces derniers est semblable à celle des hommes ou femmes endormis sur lesquels pèse le démon incube. Enfin, l'étymologie du nom « sphinx » aurait un lien avec le sème de la suffocation.

La religion romaine considère également que des hommes d'exception sont engendrés par des démons incubes.

Auguste serait quant à lui le fils d'Apollon et d'Atia Balba Caesonia d'après Suétone dans sa Vie des douze Césars. L'écrivain romain explique en effet que :

« Dans les Recueils d’aventures divines d’Asclépias de Mendès, je trouve l’histoire suivante. Atia, s’étant rendue au milieu de la nuit à une cérémonie solennelle en l’honneur d’Apollon, fit placer sa litière dans le temple et s’y endormit, tandis que les autres matrones dormaient; or un serpent se glissa tout à coup auprès d’elle et se retira bientôt après; à son réveil elle se purifia comme si elle sortait d’une union avec son mari ; et dès lors elle exhiba sur le corps une tache en forme de serpent et jamais elle ne put la faire disparaître, de sorte qu’elle dut renoncer aux bains publics. Et comme Auguste naquit neuf mois après, il fut considéré dès lors comme fils d’Apollon. »

C'est en effet dans la Rome antique que le terme d'« incube » apparaît.

L'incubus (incubi au pluriel) « appartient au folklore latin et à l'espèce des démons écrasants, connaît par ailleurs l'ensemble du monde indo-européen ».

Chez les Gaulois, les incubes se nommaient Dusii (Dusiens), d'après Isidore de Séville et saint Augustin. 

Dès le IVe siècle, les incubes sont identifiés à des divinités champêtres latines, comme les faunes ou les satyres, notamment par Pline qui, dans son Histoire naturelle, parle de Ludibria Faunorum, et par Dioscoride qui recommande la pivoine contre les incubes, puis par saint Augustin et saint Jérôme.

Il existe ainsi de nombreuses iconographies qui présentent l'incube sous les traits d'un satyre.

Les démons sont signalés par leur énergie libidinale et par leurs victimes féminines.

Pline parle de leur pouvoir de générer des cauchemars, suite aux accouplements qu'ils mènent avec les hommes et femmes, y compris avec des animaux.

Les incubes sont tour à tour assimilés à Faunus, à des divinités nocturnes, à Hécate ou aux Larves.

Ils peuvent posséder des ongles acérés, similaires à ceux des oiseaux de proie remarque Horace. Ce dernier rapporte ainsi une légende qui veut que l'enfant sacrifié par la sorcière Canidie lui ait, avant de mourir, annoncé revenir sous la forme d'une larve munie de griffes afin de se venger.

Comme en Grèce, un incube serait capable de provoquer une épidémie dans Rome, ce que rapporte un médecin nommé Silimaque.

De plus, l'explication médicale, par la vision cauchemardesque, c'est-à-dire sans crédit accordé à la réalité de l'entité, existe déjà.

En effet, le médecin latin Caelius Aurelianus distingue plusieurs symptômes comme le poids sur la région gastrique, la difficulté à se mouvoir, respirer, parler, et enfin les hallucinations. Il considère que le malade est atteint d'épilepsie.

L'« incube », ou conférence dans le vocabulaire de Macrobe, désigne-les phénomènes apparentés au cauchemar, et revenant par là aux conceptions admises dans l'Antiquité grecque surtout.

Dans sa classification des rêves en effet, établie dans le Commentaire au Songe de Scipion (Ve siècle), la vision de démons lors d'un songe appartient à la classe de rêves dits phantasmata. Ce type de rêve dépend en partie d'un trouble physiologique, comme celui provoqué par l'alimentation ou la maladie.

Pour Macrobe, l'incube, qu'il nomme « spectre », est une image provoquée par un  phántasma, c'est-à-dire un rêve lors du demi-sommeil (rêve hypnagogique) et qui n'est en rien prophétique ou digne d'intérêt.

Au Moyen Âge, l'incube est représenté sous la forme caprine du diable, parfois sous celle d'un homme en noir possédant un sexe démesuré, attribut hérité de ses ancêtres, la race des géants antédiluvienne.

Les nephilim, nefilim, ou simplement géants, sont des êtres apparemment surnaturels mentionnés dans la Bible. Le mot « nephilim » apparaît deux fois dans la Torah – ou Pentateuque – (Gn 6. 4 et Nb 13. 33), où il est souvent traduit par « géants », mais parfois rendu tel quel.

C'est la forme plurielle du mot « nephel » ou « naphîl » en hébreu. Selon les interprétations, le mot « nephilim » pourrait signifier « ceux qui sont tombés », « ceux qui tombent » (sur leurs ennemis), ou « ceux qui font tomber » (autrui).

Le passage de la Genèse où ils sont cités laisse entendre qu'ils sont, ou bien les « fils de Dieu », ou bien, selon une lecture plus largement répandue, le fruit du l'union entre « fils de Dieu » et filles des hommes.

Ce passage de la Genèse précède l'épisode du Déluge et, si court soit-il, a donné lieu à diverses interprétations, souvent de caractère ésotérique.

Les nephilim sont associés, par comparaison, à d'autres géants évoqués dans la Bible.

Les « fils de Dieu » font référence aux anges dans la Bible hébraïque. Il s'agit probablement ici d'anges déchus.

En d’autres termes, les anges « ont abandonné leur propre demeure [dans les cieux] » sont venus sur la Terre, ont revêtu un corps physique et ont goûté aux plaisirs sensuels avec des femmes.

D'après le récit, ces créatures hybrides, qui avaient des anges pour pairs, étaient des « hommes forts », dotés d’une vigueur anormale. C’étaient des hommes violents ou « nephilim », mot hébreu qui signifierait : « ceux qui font tomber les autres ».

La Terre était devenue si violente, à cause de l’influence des anges méchants et de leurs fils suprahumains, que YHWH décida d’anéantir l’humanité par le Déluge.

Parmi les commentateurs de la Bible, certains avancent que les nephilim étaient des hommes méchants, progéniture hybride d'anges matérialisés qui auraient eu des rapports illégitimes avec les filles des hommes.

La corruption répandue sur la Terre par suite de leur comportement, sévèrement réprouvé par Dieu, serait à l'origine du Déluge. Par « corruption » s'entend le mélange entre leur progéniture et celle des hommes, ainsi que la violence qui s'en dégagea, car ils devaient user de leurs forces et grandeurs pour, comme le récit le dit, « remplir la Terre de violence », « Et la Terre se pervertit sous les yeux du vrai Dieu, et la Terre se remplit de violence. »

Le récit de la Bible rapporte que Dieu s'indigna de la conduite des hommes à l'époque de Noé avant le Déluge et que les « fils du vrai Dieu » prirent pour eux des femmes séduisantes parmi les filles des hommes.

Puis, parlant de la présence de nephilim sur la Terre, et aussi après cela, quand les fils du vrai Dieu continuèrent d'avoir des rapports avec les filles des hommes et qu'elles leur donnaient des fils : ils furent les puissants – les « gibborim » – du temps jadis, les hommes de renom.

D'après le même récit, les nephilim  c'est-à-dire la progéniture géante des filles des hommes par les fils de Dieu, ces derniers étant des anges déchus ainsi que tous les impies, ont péri : « seuls le juste Noé et sa famille ont survécu ». « Ainsi, il effaça toute créature existante qui se trouvait à la surface du sol, depuis l’homme jusqu’à la bête, jusqu’à l’animal qui se meut et jusqu’à la créature volante des cieux, et ils furent effacés de la Terre; il n’y avait « que » Noé et ceux qui étaient avec lui « dans » l’arche qui survivait. »

Toutefois, certains assurent que les anges méchants ne sont pas morts. Ils ont abandonné leur corps physique et ont regagné les sphères spirituelles. À cause de leur désobéissance, il ne leur a pas été permis de reprendre leur place dans la famille des anges justes. « Ils n’ont plus été autorisés à revêtir un corps humain », comme ils l’avaient fait aux jours de Noé.

Ils sont dits avoir été puissants des « gibborim », ces hommes qui furent fameux dans « les temps anciens ». De là, les chrétiens font souvent l'analogie avec les héros dont les mythologies des nombreux peuples polythéistes relatent les exploits. Celles-ci parlent en effet de dieux qui se sont unis à des femmes pour engendrer des êtres surhumains, des demi-dieux, parfois effrayants, qui possédaient à la fois des caractéristiques divines et humaines.

C'est ce même rapport que l'on retrouve avec les Géants et les Titans de la mythologie grecque, enfants d'Ouranos (le Ciel) et de Gaïa (la Terre).

D'aucuns ont trouvé des comparaisons possibles avec les légendes d'anciennes civilisations. Par exemple, une épopée mésopotamienne, vieille de 4 000 ans, relate les exploits extraordinaires de Gilgamesh, demi-dieu puissant et violent, dont le « désir ne laisse pas une vierge à son amoureux ».

La mythologie grecque parle d’une autre créature suprahumaine : Héraclès (Hercule). Fils d’une femme, Alcmène, et du dieu Zeus, Héraclès a été lancé dans de violentes aventures après avoir tué sa femme et ses enfants dans une crise de folie.

Malgré les importantes altérations que ces récits ont subies de génération en génération, ils montrent néanmoins une certaine convergence avec ce que la Bible dit au sujet des nephilim et de leurs pères, les anges rebelles.

Les nephilim, en tant qu'anges déchus, auraient continué à exercer une influence désastreuse dans les affaires humaines, sous la domination du « chef des démons », Satan.

Cette idée est évoquée dans le Nouveau Testament dans la Deuxième épître de Pierre : « En effet, Dieu n'a pas épargné les anges qui ont péché : il les a précipités dans l'abîme où ils sont gardés pour le jugement, enchaîné dans les ténèbres. »; et dans l'Épître de Jude : « Et les anges qui n’ont pas gardé leur position originelle, mais ont abandonné leur demeurent naturels, il les a réservés avec des liens éternels, sous l’obscurité profonde, pour le Jugement du grand jour. »

Dans la Bible hébraïque, d'autres mots, à l'instar de « nephilim », sont parfois traduits par « géants ». Selon les interprétations, ces mots peuvent faire référence à des descendants des nephilim ayant survécu au Déluge et/ou à des peuples cananéens.

Le Midrash rapporte que le géant Og disposait de son propre compartiment dans l'Arche de Noé; selon l'Aggadah, pour échapper au Déluge, Og se serait plutôt tenu sur le toit de l'Arche pendant tout le temps que dura l'inondation.

Alors, des anges déchus continuèrent d'aller vers des femmes après le Déluge.

Les enfants nés d'une relation avec un incube sont courants dans les mythologies ou les folklores; on leur prête souvent des pouvoirs exceptionnels, ainsi qu'un destin unique. Comme je le citais plus haut, l'enchanteur Merlin, passe pour avoir été engendré par un incube.

Les cambions est également le nom donné a un enfant qui proviendrait d’une relation avec un incube ils sont nés d'un transfert de semence par les incubes et les succubes.

Le succube doit avoir un rapport sexuel avec un être humain mâle dont il récolte la semence, puis l'incube injecte le sperme à un être humain femelle par le biais d'un autre accouplement.

Le terme « incube » est à l'origine utilisé spécialement par le monde ecclésiastique. En effet, si les Grecs y voient le plus souvent une vision particulière entrevue lors d'un cauchemar, les théologiens chrétiens en font un avatar du diable.

La proximité dans leurs représentations respectives laisse à penser que la figure du diable comme un être cornu, velu et possédant des pieds de bouc, proviendrait du folklore de l'incube.

La première description du diable comme un être à l'allure de bouc, se dévoilant pendant le sommeil, date de l'an 1000 et apparaît dans le récit des apparitions vécues par le moine Raoul Glaber :

« Je vis au pied de mon lit un petit monstre à forme humaine. Il avait, autant que je pus le reconnaître, le cou grêle, la face maigre, les yeux très noirs, le front étroit et ridé, le nez plat, la bouche énorme, les lèvres gonflées, le menton court et effilé, une barbe de bouc, les oreilles droites et pointues, les cheveux raides et en désordre, des dents de chien, l'occiput en pointe, la poitrine et le dos en bosse, les vêtements sordides; il s'agitait, se démenait furieusement. »

D'autre part, la question du songe comme tromperie et illusion diaboliques est également au centre des débats théologiques.

La première référence officielle à l'incube et à ses dangers date du xve siècle.

Une bulle du pape Innocent VIII, nommée la « bulle des sorcières » (Summis desiderantes affectibus), de 1484, condamne des faits de relations sexuelles entre des démons et des femmes, dans des régions de Haute Allemagne et des contrées rhénanes (à Mayence, Cologne, Trèves, Salzbourg et Brême). Le pape confie donc aux inquisiteurs et démonologues Heinrich Kramer et Jacques Sprenger le soin de pourchasser les sorciers et sorcières ayant commercé avec le démon. Cependant, c'est surtout au xviie siècle que le diable est réputé prendre part au sabbat sous la forme d'un satyre, pour s'accoupler à la sorcière.

Page de titre du traité de démonologie nommé Malleus Maleficarum présentant le dieu Hermès en gravure.

Page de titre du Malleus Maleficarum, édition de Lyon, 1669.

Ces inquisiteurs ont en effet acquis une solide réputation de spécialiste en démonologie, grâce à la publication du livre le Malleus Maleficarum (Le Marteau des sorcières), ouvrage qui gagne en autorité grâce à la bulle papale et initie la chasse aux sorcières en Europe. Ce traité d'inquisition date de 1486 et présente une description détaillée des démons, en particulier des incubes et des succubes :

« Par des démons pareils, les actes sexuels de l'impureté la plus honteuse sont commis, non pour le plaisir, mais pour l'infection du corps et de l'âme de ceux dont ils se font incubes et succubes. Ensuite au terme d'un acte pareil, conception et génération parfaite peuvent être réalisées par des femmes : ils peuvent à l'endroit requis du ventre de la femme approcher la semence humaine de la matière préparée pour elle. Tout comme ils peuvent recueillir des semences d'autres choses pour d'autres effets. Dans de telles générations, ce qu'on attribue au démon, c'est seulement le mouvement local et non la génération elle-même, dont le principe n'est pas la puissance du démon ou du corps par lui assumé, mais la puissance de celui de qui est la semence. D'où l'engendré est fils non du démon, mais d'un homme. »

Malleus Maleficarum

La bulle papale confirme la politique de traque des incubes, lancée auparavant par les doctes de la Sorbonne qui, en 1318, caractérisent l'action de ces démons comme étant réelle. Cependant, pour le Malleus Maleficarum, l'incube ne peut engendrer, cet attribut étant réservé à Dieu et le diable n'est qu'un vecteur et un manipulateur de la semence humaine. Contrairement au Sabbat, la relation avec un démon incube n'intervient, pour le Malleus Maleficarum, que dans la sphère privée. C'est par un truchement que le démon parvient à ses fins :

« Un démon succube prend la semence d'un homme scélérat, un démon proprement délégué près de cet homme et qui ne voudra pas se faire l'incube d'une sorcière. Il donne cette semence à un autre démon détaché près d'une femme, une sorcière ; et celui-ci, sous une constellation qui lui est favorable pour produire quelqu'un ou quelqu'une capable de maléfices, se fait l'incube d'une sorcière. »

— Malleus Maleficarum

Le procès des Templiers a confirmé la forte croyance en l'existence des succubes, et par la même, des incubes, puisque parmi les chefs d'accusation de leur procès, il y aurait eu celui de renier Dieu en s'accouplant avec des démones selon Ernest Martin. Comme la sorcière, la femme coupable d'entretenir des relations avec le démon est brûlée. C'est le cas d'Angèle de la Barthe, à Toulouse, en 1275, et dont le procès conclut à sa concupiscence diabolique. L'Inquisition et ses procès, comme celui qui a eu lieu à Côme en 1485 et qui a envoyé 41 sorcières supposées de relations avec des incubes au bûcher, a ainsi favorisé la croyance en l'incube :

« Rien n’était plus fréquent que des révélations de ce genre, dans le tribunal de la confession, et le confesseur tirait de la bouche même de ces pénitentes la conviction du fait qu’il combattait, trop souvent inutilement, par des prières et des exorcismes. […] Ce n’était pas seulement la confession religieuse qui avait dévoilé les mystères de l’incubisme et du succubisme; c’étaient surtout les aveux forcés ou volontaires, que l’Inquisition arrachait aux accusés, dans les innombrables procès de sorcellerie, qui hérissèrent de potences et de bûchers tous les pays de l’Europe. »

— P. L. Jacob

Le problème de la génération d'un être issu de l'union d'un incube et d'une femme n'est pas évoqué par les inquisiteurs Heinrich Kramer et Jacques Sprenger, auteurs du Malleus, mais saint Thomas d'Aquin en parle déjà dans sa Somme théologique (1266-1273)

 Thomas d'Aquin récuse la possibilité que la semence soit celle du démon et, selon lui, le père réel est toujours l'homme, que l'incube manipule à ses fins.

Il reprend de fait l'hypothèse de saint-Augustin qui désigne l'incube, dans La Cité de Dieu, comme une faune capable d'engendrer des illusions et des hallucinations. Selon saint Augustin, les Gaulois avaient maille à partir avec de tels démons incubes, qu'ils nomment « Dusiens », parfois « Lutins ».

Thomas d'Aquin cite par ailleurs un passage de la Vie de saint Bernard dans lequel ce moine délivre une femme des attaques d'un incube. Il est critiqué par un autre théologien, saint Cassien, qui défend l'idée qu'il soit impossible à un démon d'engendrer.

L'historien et moine bénédictin Guibert de Nogent (1055-1125) raconte que sa mère, alors jeune et séduisante, a dû subir les nombreuses et grossières insultes de la part des incubes. Il ajoute qu'une nuit, « le démon vint tout à coup s’offrir à ses yeux, que ne fermait pas le sommeil, et l’oppressa, presque jusqu’à la mort, d’un poids étouffant », et qu'elle put être sauvée par sa foi.

À la Renaissance, des démonologues comme Pierre Crespet (de la haine de Satan pour l'homme, 1590) et Jean Bodin (de la Démonomanie, 1587) expliquent que l'incube est l'une des formes prises par le diable pour pénétrer sexuellement les sorcières.

L'homme médiéval pensait que le diable avait le pouvoir, sous sa forme incube, de prélever le sperme d'un homme endormi, puis qu'il en fécondait une femme, toujours pendant son sommeil.

Cependant, d'autres hypothèses se font jour. Pour Pierre Boaistuau, dans ses Histoires prodigieuses (1560), l'incube masque peut-être le viol de femmes par des hommes qui ainsi perpétuent la croyance dans le diable.

Sculpture en marbre représentant une femme étendue sur le côté gauche, jambes légèrement repliées, tête renversée en arrière, sur laquelle se jette un démon ailé qu'elle tente de repousser du bras droit en s'accrochant de la main gauche à la draperie de la couche. Le Cauchemar par Eugène Thivier (1894).

Son usage en théologie est encore présent en 1858 puisque René Louvel, vicaire général de l'évêché d'Évreux et supérieur du séminaire de Sées, écrit dans son Traité de chasteté à l'usage des confesseurs :

« Les théologiens classent ordinairement parmi les actes de bestialité l'accouplement avec un démon, soit incube, soit succube, infamie d'autant plus coupable qu'à l'infraction des lois de la nature vient se joindre le sortilège, puisqu'il y a commerce avec l'ennemi irréconciliable de Dieu. Il y a en outre parfois inceste, sacrilège ou adultère, selon que le démon ait pris la forme, soit d'une proche parente, soit du mari, soit de la femme. Quoi qu'en dise saint Ligori, toute excuse paraît impossible, et quiconque consent à coucher avec un démon, de même que le mari qui couche avec sa femme, uniquement à cause de sa beauté, commet le crime d'adultère. » — René Louvel, Traité de chasteté à l'usage des confesseurs

De nos jours, c'est surtout dans les sociétés de type chamaniques que se retrouvent encore des croyances à l'incube. Dans le Québec arctique, l'esprit mâle est appelé Uirsaq et l'esprit femelle Nuliaqsaq.

Ces esprits sont décrits comme le reflet exact d'un être aimé, mais devenu inaccessible; ils obsèdent ainsi leurs victimes qui s'isolent et développent des comportements étranges.

Le chaman est chargé de les libérer de cette possession.

Il existe aussi un esprit androgyne nommé Uizerq au Groenland de l'Est, ou Ijiraq (« l'invisible ») dans le Nord de l'Alaska.

Chez les Shipibo-Conibos d'Amazonie péruvienne, lorsque le mariage surnaturel concerne une femme (et un esprit), le fruit d'une telle union est variable selon la nature de l'esprit : soit non viable ou ayant des stigmates physiques si l'esprit père est animal, soit ayant des dons exceptionnels si l'esprit père est de type humain (alors que la descendance est invisible dans le cas de l'union entre un humain et un esprit-femelle).

La relation onirique entre un humain et un esprit animal a une issue néfaste également.

Chez les Exirit-Bulagat, en Sibérie, Roberte Hamayon cite la possibilité d'engendrer, pour une femme chamane lorsque l'union se fait avec un esprit, un enfant qui pourra se réclamer plus tard d'une nouvelle lignée chamanique. ‪

Chez les Inuits d'Ammassalik (Groenland de l'Est), il existe un esprit hermaphrodite qui « se féminise avec un partenaire mâle et se masculinise avec une partenaire femelle ; une relation sexuelle avec lui est mortelle quand il s'agit d'un humain ordinaire. Par contre, s'il s'agit d'un ou d'une chamane, elle est source d'une grande puissance (…)

La sexualité, la magie, les familiers (incube succube)

De nos jours, les Démons sexuels ont été bannis - ou classés comme étant des hallucinations ou des vieilleries issues des mythes masturbatoires chrétiens.

Tous les occultistes de la deuxième moitié du vingtième siècle qui les mentionnent le font habituellement dans le contexte d'un avertissement contre le commerce avec de telles entités, croyant que les dangers de perte de vitalité ou d'obsession en sont les résultats inévitables.

Un incube ou un succube peut être inoffensif, ou destructeur. Comme dans n'importe quelle situation sexuelle, le danger dépend de la façon dont vous la gérez. Toute forme de sexe est potentiellement dangereuse.

Nos désirs sexuels nous rendent vulnérables. Combien de personnes ont été détruites par un partenaire sexuel ? Le sexe fournit un point d'invasion et les succubes et incubes nous rendent seulement intensément conscients de cela. 

Les attitudes des gens envers ces êtres peuvent changer, mais de telles visites sont probablement plus fréquentes que la plupart des gens ne le supposent.

Nous pouvons les classer comme un type de « familiers» (ce qu'ils sont certainement!) et remarquez que, comme les familiers animaux ou élémentaires, ils sont dépendants d'une relation avec un hôte humain pour leur propre développement.

Des idées similaires peuvent être trouvées dans l'école des Tantrika Kaula, où il existe des rites pour contacter de telles entités.

L'approche générale est que vous couchez avec eux et ils vous font une faveur en retour.

Le Sexe est physique. Si n'importe qui pouvait appuyer sur un bouton et recevoir un incube ou un succube, je crois que la plupart des gens préfèreraient un partenaire fantôme plutôt que la bien trop ennuyeuse réalité. 

La Gnose Liminaire

Jouer avec de telles entités tombe généralement dans la catégorie des techniques magiques appelée Évocation, et la forme de Gnose qui souvent est la plus efficace, est la si bien nommée « État Liminaire », état qui a lieu lorsque l'on est à mi-chemin entre la veille et le sommeil.

Le corps est complètement détendu, soit par un exercice de relaxation, soit par un épuisement physique; mais l'esprit est toujours clair, et vous laissez simplement les images et les sons surgir en vous.

Si vous pouvez apprendre à entrer dans cet état et à le prolonger, alors cela vous sera très utile pour la voyance, le contrôle des rêves ou les explorations virtuelles (en astral).

Ce qui m’amène à vous parlez de la magie sexuelle, ici je ferai qu’un survole.

Au départ, toutes les magies sont sexuelles de façon directe ou indirecte, parce que toutes se basent sur l’utilisation de la force vitale primordiale créatrice, sexuelle.

Même les courants magiques qui prônent la chasteté sont liés à la sexualité, car cette ascèse vise à sublimer, transmuter les forces sexuelles pour les diriger dans les centres énergétiques supérieurs. La sexualité EST la force vitale.

Nous pouvons distinguer trois expressions de la sexualité pour pouvoir catégoriser la magie.

Dans la première catégorie, la sexualité est sublimée par la continence et la chasteté aussi bien mentale que physique.

Dans la seconde catégorie, la sexualité est implicite, elle n’est pas rejetée, mais symbolique dans les rites (tandis que l’adepte conduit sa vie intime comme il l’entend). Cette seconde catégorie est la plus répandue.

Enfin, la troisième catégorie magique est directement centrée sur l’intensification des désirs et des énergies qui seront projetés dans le cadre d’acte magique clairement sexuel. C’est de cette catégorie dont nous parlerons dans le cadre de la magie sexuelle.

Un sorcier ou une sorcière peuvent obtenir de puissant résultat d’envoutement ou de magies diverses en canalisant leur énergie sexuelle pendant plusieurs jours. Par cette période de transmutation et de sublimation, leur énergie devient intense et peut être projetée dans un acte magique redoutable.

Un élémentale, un incube ou un succube peut être contacté ou vitalisé à partir de ces principes d’accumulations de désir et de force.

Le sperme, le sang et les sécrétions vaginales sont de puissants condensateurs de force vitale. Ils peuvent être utilisés pour charger des talismans, nourrir des entités invisibles, préparer des élixirs, etc.

N’hésitez pas à me partager vos expériences! 

 

Merci de laissez un commentaire, et de partager la page !

Submit to DeliciousSubmit to DiggSubmit to FacebookSubmit to StumbleuponSubmit to TechnoratiSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn