L'ASTROLOGIE DANS LE MONDE
Get Adobe Flash player

Identification

Vous n´êtes pas identifié(e).

Inscrivez-vous

à mon infolettre

C'est gratuit!

Qui est en ligne ?

Nous avons 77 invités et aucun membre en ligne

L'ASTROLOGIE DANS LE MONDE

L'ASTROLOGIE DANS LE MONDE

L'astrologie dans le monde Dans les menus de gauche vous trouverez une multitude de...

Qu'est-ce que l'Astrologie Karmique  ?

Qu'est-ce que l'Astrologie Karmique ?

    Qu'est-ce que l'Astrologie Karmique  ? « L'astrologie karmique n'est pas une nouvelle...

L'ASTROLOGIE CELTIQUE

L'ASTROLOGIE CELTIQUE

L'astrologie Celtique L’astrologie celtique est une méthode qui permet aux celtes...

L'ASTROLOGIE CHINOISE

L'ASTROLOGIE CHINOISE

L'astrologie chinoise Ce mini cours va vous permettre d'appréhender l'astrologie...

  • L'ASTROLOGIE DANS LE MONDE

    L'ASTROLOGIE DANS LE MONDE

  • Qu'est-ce que l'Astrologie Karmique  ?

    Qu'est-ce que l'Astrologie Karmique ?

  • L'ASTROLOGIE CELTIQUE

    L'ASTROLOGIE CELTIQUE

  • L'ASTROLOGIE CHINOISE

    L'ASTROLOGIE CHINOISE

L'astrologie dans le monde

Dans les menus de gauche vous trouverez une multitude de choix,

n'hésitez pas a les consultés ils sont là a votre attention!

Vous connaissez votre signe astrologique occidental, peut être même votre signe chinois mais connaissez-vous votre signe astrologique Gaulois, Aztèque, Tibétain, Egyptien ? En 1 clic, je vous propose de le savoir et de parcourir l'univers Astro des quatre coins du monde ! Un tour d'horizon riche et complet qui vous plonge dans la mythologie égyptienne, au temps des Dieux et Déesses, des divinités Aztèques ou dans le monde féérique de l'astrologie Celte. Bonne découverte !

A quoi sert l’astrologie ?

 

Je placerai dans cette section des articles vous permettant de découvrir l’astrologie dans le monde !

A quoi sert l’astrologie dans notre monde moderne fondé sur la raison ?

Afin de mieux cerner l’essence de l’astrologie, il me parait nécessaire de préciser d’abord ce qu’elle n’est pas. En effet, sa vulgarisation par les média en offre souvent une image simpliste, voire caricaturale.

  • L’astrologie n’est pas un art divinatoire, ni une technique de prédiction des événements au sens où cela est couramment compris.
  • Elle n’est pas non plus un déterminisme qui s’ajoute aux contraintes génétiques, biologiques, éducatives et sociales.
  • Elle n’est pas une clé résolvant comme par enchantement tous les problèmes.

 

Voyons à présent, très brièvement, ce que l’astrologie peut-être :

  • Un système symbolique permettant une meilleure connaissance de soi et des autres.
  • Un outil dont l’usage suggère à quel moment il est préférable d’employer telle « énergie » plutôt que telle autre pour arriver au but que nous nous sommes proposé d’atteindre.
  • Une vision globale (holistique) de l’être humain qui retrouve ainsi sa place dans l’univers, une place décodée en termes de sens.

 

Il s’agit, dans un premier temps, de situer l’astrologie parmi les différents systèmes de pensée élaborés par l’être humain au cours des âges dans le but d’atteindre à la plénitude de la présence. L’astrologie n’est pas une conception du monde, mais une vision du monde. C’est son ouverture sur le possible, l’absence de lois rigides et établies par avance, en un mot les multiples niveaux de perception autorisés par la méditation sur le symbole qui en font la richesse et l’inépuisabilité.

Le thème natal est un instantané du ciel au moment de la naissance. Il représente, au moyen d’un certain nombre de symboles, la position de la Terre et des autres planètes au sein du système solaire à l’instant exact du premier souffle. C’est, en quelque sorte, notre carte d’identité naturelle, unique et différente de toutes les autres. De ce fait, il est possible de se contenter d’apprendre l’astrologie pour travailler sur son thème, et donc sur soi-même.

Le thème ne représente pas ce que nous sommes mais ce que nous pourrions être si nous étions conscients de toutes nos potentialités. Il est l’image archétypale de ce que nous sommes. En ce sens, le thème de notre naissance représente plus que la simple photographie des étoiles au début de notre existence consciente. A notre naissance le cliché est encore en chambre noire, il révèlera ses véritables couleurs au fur et à mesure que la lumière viendra à lui. Au cours de la croissance apparaît un développement plus ou moins homogène des zones de brillance et des zones d’ombre… mais la qualité de la lumière n’est pas inscrite par avance sur la photographie.

L’étude des cycles des planètes dans le ciel après la naissance – appelés « transits » – ainsi que l’abord de cycles plus intérieurs (les « progressions ») permettent de définir les grandes lignes du développement de la personnalité. L’astrologie propose un regard sur la trame de base de notre propre rythme d’évolution. Elle nous indique à quelle période de notre vie et dans quel champ d’expérience (familial, professionnel, financier,…) nous devrions porter notre attention consciente, et, pour cela, quelles qualités développer préférentiellement. C’est ainsi que certaines zones de la photographie recevront plus de lumière à tel ou tel moment du développement. Au fond, image photographique et personnalité se développent de la même manière : par réception et accrochage de la lumière. Lumière solaire ou lumière de la conscience.

Certaines zones du cliché recevront plus d’énergie lumineuse à tel ou tel moment de leur développement. Il sera alors possible de leur donner plus de relief et de les harmoniser avec l’ensemble en jouant sur la quantité et la qualité du rayonnement.

Au fil des âges

Voici un rapide survol historique afin de mieux saisir la place de l’astrologie dans le monde contemporain. Les racines de cette discipline se nourrissent des connaissances véhiculées depuis plusieurs millénaires par les plus anciennes civilisations. De tous temps des astronomes-astrologues ont tourné leurs regards vers les étoiles, scruté le ciel et soigneusement répertorié leurs observations. Chez les peuples de l’antiquité, astrologie et astronomie étaient sœurs jumelles. Ce double savoir, intimement lié, relevait bien souvent de la compétence du clergé. En fait, il existait une étroite convergence naturelle entre l’astronomie, l’astrologie et la vie spirituelle.

La conception du monde était alors fort éloignée de ce que nous considérons aujourd’hui comme valable.

La pensée du XIXème siècle, encore très présente dans nos mentalités modernes, considéra l’homme comme une machine biologique perdue sur une petite planète, la Terre, qui navigue dans un espace quasi-vide et sans vie. L’homme est seul dans un univers froid, sa présence résulte d’un accident ou d’un hasard. Ces considérations n’avaient pas leur place au sein des grandes civilisations dont la pérennité s’étendit sur plusieurs millénaires. Le subjectif, c’est-à-dire la vie intérieure de l’homme, n’était pas coupé de ce qui se passe à l’extérieur comme cela est aujourd’hui le cas. La dichotomie objectif/subjectif n’existait pas encore. Les anciens avaient découvert un lien symbolique unissant l’astronomie – l’observation du ciel extérieur – et ce que nous nommons aujourd’hui la psychologie, c’est-à-dire l’observation de nos constellations psychiques intérieures. Ce lien a pour nom astrologie.

Gardons-nous bien de considérer cette vision du monde comme « infantile » ou « archaïque ». Il s’agit plutôt d’une mentalité différente de celle que nous acceptons – souvent inconsciemment – comme valable. Si différente que nous avons, en réalité, grand-peine à en imaginer la richesse et le sens par delà les quelques poteries et autres objets qui nous sont parvenus.

Témoins privilégiés de ces anciennes cultures humaines, les Védas, les textes sacrés de l’Inde, dont l’origine remonte à plus de 6000 ans en arrière. Ce sont probablement les archives les plus anciennes de l’humanité. Celles-ci relatent la vie religieuse et sociale des premiers peuples indo-européens. Vie étroitement dépendante des conditions célestes. Dans le même ordre d’idées citons également la division géographique de l’Egypte pharaonique en 42 nomes ou « territoires », un peu comme les départements en France. Chacun de ces nomes trouvait sa correspondance symbolique avec une partie du corps d’Osiris, lui-même relié aux constellations zodiacales.

En occident, on retrouve également une certaine persistance – muette ! – de l’astrologie puisque la date des fêtes religieuses est fixée en fonction du cycle du Soleil et de la Lune. Chaque année Pâques est célébré le premier dimanche qui suit la pleine Lune de l’équinoxe de printemps. Il n’est pas rare non plus de découvrir dans certaines églises romanes des XIème et XIIème siècle (Issoire,…) une représentation des douze signes zodiacaux dans la partie la plus sacrée de l’édifice religieux.

Il existe donc encore, disséminés ici et là, un certain nombre de symboles astrologiques dont le sens profond est souvent perdu.

Après la chute de ces grandes civilisations, l’astrologie s’émancipa de la pensée religieuse. Elle se tourna de plus en plus vers la vie séculière, de sorte que bon nombre de personnages publics eurent leur astrologue-conseil. Les siècles s’écoulant, elle devient de plus en plus événementielle et se spécialise dans la prévision de l’avenir, l’anecdote et le détail. Néanmoins, loin des fastes de la cour et des spéculations de l’époque œuvraient dans l’ombre quelques astrologues et alchimistes anonymes. Certains ont laissé un nom dans l’histoire. L’un des plus éminents fut sans doute Paracelse. Médecin, astrologue et alchimiste réputé pour ses guérisons spectaculaires, il fut l’un des premiers à utiliser l’horoscope du malade pour établir un diagnostic.

Le XVIIe siècle marqua un tournant important dans l’histoire de la pensée. En effet, depuis l’antiquité, le thème natal était calculé pour la nation entière ou encore pour le roi qui avait en charge les destinées du pays. Le fait de dresser le ciel de naissance de tout le monde implique une importance croissante de l’individu par rapport au collectif. Le microcosme est à présent représenté par l’être humain et plus seulement associé à un territoire et au devenir du groupe qui l’habite.  Pour être complet il faut encore mentionner d’autres personnages dont l’histoire à retenu le nom pour leurs découvertes scientifiques. Citons Newton et Képler qui se sont intéressés à, et ont probablement pratiqué, l’astrologie et l’alchimie. Curieusement l’histoire des sciences a gommé une partie importante de l’œuvre de ces chercheurs pour n’en garder que ce qui correspond à la mentalité et aux croyances modernes.

 

Thème astrologie 

 

Merci de laissez un commentaire, et de partager la page !

Submit to DeliciousSubmit to DiggSubmit to FacebookSubmit to StumbleuponSubmit to TechnoratiSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn